Photographie de Montréal.
2014 @ 2017 Montréal engagée pour la culture
La Vitrine - La Vitrine culturelle imaginée par Moment Factory

L’Agenda 21 de la culture

L’Agenda 21 de la culture de Cités et Gouvernements Locaux Unis (CGLU) met l’accent sur les enjeux culturels dans un contexte de développement durable des villes. Adopté le 8 mai 2004 à Barcelone par les collectivités, dont Montréal, réunies au IVe Forum des autorités locales pour l’inclusion sociale de Porto Alegre, ce texte, à caractère international, a été approuvé par des villes, gouvernements locaux et organisations du monde entier, qui s’engagent ainsi dans la diversité culturelle, la démocratie participative, les droits de l’Homme et la mise en place de conditions pour la paix. Cet Agenda vise à réinventer le développement local par la culture.

Rappelons que Montréal est coprésidente de la Commission Culture de CGLU et a été l'une des premières villes au monde à adopter l'Agenda 21 de la culture en 2005. Depuis, quelque 500 villes et associations dans le monde y adhèrent. À titre de coprésidente, Montréal a pu défendre la place de la culture jusqu’aux Nations Unies en 2013.

Cette démarche s’inscrit également dans la continuité des engagements transversaux pris par l’Administration municipale dans différents outils, politiques, chartes et déclarations :

  • La Charte montréalaise des droits et responsabilités
  • Le Plan de développement durable de la collectivité montréalaise
  • La Stratégie Imaginer - Réaliser Montréal 2025
  • La Stratégie de développement économique
  • La Politique familiale
  • Le Cadre d’intervention en art public
  • Le Plan du tourisme culturel
  • Le Plan de mise en œuvre des quartiers culturels
  • Le Diagnostic des bibliothèques de Montréal
  • La Déclaration de Montréal et de ses 19 arrondissements pour la reconnaissance de la culture comme le quatrième pilier du développement durable
  • Les programmes de soutien à la culture
  • Le Plan de protection et de mise en valeur du Vieux-Montréal
  • Le Diagnostic et le Plan d’action 2010-2014 du réseau Accès culture
  • Le Diagnostic et le Plan de mise en œuvre de la pratique artistique amateur
  • Les politiques culturelles et plans d’action des arrondissements notamment en culture
  • La Politique municipale d’accessibilité universelle
  • La Stratégie jeunesse municipale
  • La Déclaration de Montréal pour la diversité culturelle et l’inclusion
  • La politique Pour une participation égalitaire des femmes et des hommes à la vie de Montréal
  • Le Plan d’action Métropole, amie des aînés
  • Le Schéma d’aménagement de Montréal
  • Le Plan de transport

CGLU a lancé, en mai 2014, un nouvel Agenda 21 de la culture qui affirme que les citoyens sont les principaux acteurs de la configuration de la scène culturelle locale et garants de la vie culturelle d’une ville dynamique et forte. Cette démarche s’inscrit dans une mouvance mondiale afin que la culture s’inscrive au cœur des démarches en développement durable.

La Ville de Montréal souhaite être exemplaire et pionnière au niveau mondial en matière de culture et de développement durable et reconnaît les quinze principes du nouvel Agenda 21 de la culture ci-dessous énumérés :

  • La culture est constituée de valeurs, de croyances, de langues, de connaissances, des arts et des savoirs faire avec lesquels un individu exprime son humanité, ainsi que le sens qu'il donne à son existence et son développement.
  • La diversité culturelle est le principal patrimoine de l’Humanité. Elle est le produit de milliers d’années d’histoire, le fruit de la contribution collective de tous les peuples, à travers leurs langues, leurs idées, leurs techniques, leurs pratiques et leurs créations.
  • Les droits culturels font partie intégrante des droits de l’Homme. Nul ne peut invoquer la diversité culturelle pour porter atteinte aux droits de l’Homme garantis par le droit international, ni pour en limiter la portée. La liberté culturelle des individus et des communautés est une condition essentielle de la démocratie.
  • L’accès à l’univers culturel et symbolique dans tous les moments de la vie constitue un facteur essentiel pour la formation de la sensibilité et des capacités d’expression, ainsi que pour la coexistence harmonieuse et pour la construction de la citoyenneté. L’identité culturelle de tout individu est une réalité en mouvement.
  • Le développement durable requiert une combinaison d’un ensemble de facteurs y compris les aspects culturels qui s’ajoutent aux préoccupations environnementales, économiques et sociales.
  • Les gouvernements locaux s’affirment comme des acteurs mondiaux de premier ordre dans la défense et la promotion des droits de l’Homme, tout comme des systèmes démocratiques locaux, nationaux et internationaux, et la bonne gouvernance.
  • À l’ère de la mondialisation, les politiques locales doivent prendre en compte les processus internationaux, notamment par la conception et la facilitation de la coopération culturelle internationale et la prise en considération des besoins spécifiques des acteurs culturels dans les régions les moins développées.
  • Le développement culturel, partie intégrante du développement durable, implique l’élargissement et l’intensification de l’exercice des droits culturels parmi les citoyens, ainsi que la réduction des inégalités dans l’accès aux droits culturels.
  • Le développement culturel repose sur la multiplicité des acteurs sociaux, notamment les citoyens, les organisations de la société civile, les gouvernements et les acteurs privés. Une bonne gouvernance requiert la transparence de l’information et la participation citoyenne à l’élaboration des politiques, la prise de décisions et leur évaluation.
  • Les villes et les territoires sont un cadre privilégié pour une construction culturelle en constante évolution et constituent des espaces de diversité créative.
  • Le patrimoine culturel matériel et immatériel est le témoignage de la créativité humaine et le substrat de l’identité des peuples. La gestion du patrimoine s'effectue par le biais de l'identification, l'enregistrement, l'inventaire et la description selon les normes internationales.
  • L’économie culturelle ou créative, qu’elle soit à but lucratif et non et de toutes tailles, peut jouer un rôle important dans l’émergence de sociétés durables, avec un équilibre entre les valeurs économiques, sociales et culturelles.
  • L’accès à l'information est essentiel pour le développement durable des villes. L’appropriation de l’information et sa transformation en savoir par les citoyens est un acte culturel.
  • L’aménagement du territoire est un acte culturel.
  • Les espaces publics sont des biens collectifs qui appartiennent à tous les citoyens et les villes ont la responsabilité de permettre l’appropriation de ces espaces.